La reconnaissance de la cartomancie

La fialibilité de la cartomancie
et sa reconnaissance comme science divinatoire proviennent essentiellement
de sa longévité et des apports de cette science reconnue comme art.

De leur apparition dans la nuit des temps
à l'utilisation qui en est faite dans notre quotidien, les jeux de cartes ou les tarots
sont l'expression d'une culture populaire basée sur la sagesse ou nous retrouvons
tous les ingrédients de la vie de l'humanité:
amour, réussite,argent, santé dans lesquels nous retrouvons l'expression généralement admise
du bonheur.

Voyance et littérature

Une Histoire sans nom

Il avait, pendant l'Empire, rendu beaucoup de petits services aux hobereauxde sa province, pour lesquels il s'était montré toujours respectueux, et quilui achetaient ses cornichons par compatriotisme et par reconnaissance.Quelques-uns même d'entre eux lui remirent, parfois, des placets et despétitions, parce qu'ils lui croyaient des relations avec le Palais ; mais toutesses relations étaient Moustache, le cocher, et Zoé, la Négresse deJoséphine. La chute de l'Empire, dont il avait vécu, n'avait pas entraîné laruine de sa fortune. En 1814, il avait abdiqué sa boutique, commeNapoléon son empire, mais ce Napoléon de la haute épicerie n'eut point,comme l'autre, de retour de l'île d'Elbe, et il mourut sans avoir fait le sien,en 1830, du choléra...Tel était le personnage original que le hasard et les Révolutions avaientplacé en face de Mme de Ferjol, à la table du comte du Lude. Il s'y tenaitdans ce qu'il appelait : « son grand uniforme » ; car, se sachant beau, ilavait toute sa vie mis en valeur par la toilette cette beauté qui subsistaitencore. De fait, à le bien considérer, c'était un magnifique vieillard,relativement très jeune, très souple et très solide, et qui aimait à rappelerson inentamable solidité avec une fatuité hypocrite, quand il montrait d'unair qui mendiait la pitié un pouce très agile et qui se portait très bien, maisqu'il disait être resté paralysé depuis l'explosion de la Machine infernale,qui l'avait jeté, racontait-il, par la fenêtre du petit café de la rueSaint-Nicaise, au premier, où il lisait tranquillement le journal, et précipitéabsolument fou jusqu'à Chaillot, d'où il se fit ramener à sa femme, qu'iltrouva sans connaissance dans les mains du docteur Dubois, lequel luiextrayait des seins les vitres brisées de sa boutique.C'était là même une de ses plus belles histoires ! Le pauvre paralysé,comme il s'appelait en riant, le pauvre explosionné, avait mis ce jour-là,pour faire bonheur à son amphitryon, un habit bleu à boutons d'or quimoulait son torse d'Hercule, avec la culotte de Casimir blanc, les bas desoie à larges côtes, et ces souliers fins à haut talon aimés de l'Empereur, etqu'il portait toujours quand il était débotté... Gilles Bataille, que les noblesde province qui le recevaient chez eux appelaient un peu tropfamilièrement : « le père Bataille », car il n'avait rien d'un papa, reluisaitd'une propreté anglaise qui sentait bon, comme le linge d'une femme.93

Barbey d'Aurevilly

Maryatil voyance : voyances , destins et prénoms : Enora

 Maryatil voyance : voyances , destins et prénoms : Enora

Voyance et littérature

La Dame de Monsoreau