Maryatil voyance - la voyance et les rêves : le rêve de l'administration

Voyance et littérature

Les misérables

Chapitre XIII - Ce qu'il croyaitAu point de vue de l'orthodoxie, nous n'avons point à sonder M. l'évêquede Digne. Devant une telle âme, nous ne nous sentons en humeur que derespect. La conscience du juste doit être crue sur parole. D'ailleurs, decertaines natures étant données, nous admettons le développement possiblede toutes les beautés de la vertu humaine dans une croyance différente dela nôtre.Que pensait-il de ce dogme-ci ou de ce mystère-là ? Ces secrets du forintérieur ne sont connus que de la tombe où les âmes entrent nues. Ce dontnous sommes certain, c'est que jamais les difficultés de foi ne serésolvaient pour lui en hypocrisie. Aucune pourriture n'est possible audiamant. Il croyait le plus qu'il pouvait. Credo in Patrem, s'écriait-ilsouvent. Puisant d'ailleurs dans les bonnes œuvres cette quantité desatisfaction qui suffit à la conscience, et qui vous dit tout bas : «Tu es avecDieu.»Ce que nous croyons devoir noter, c'est que, en dehors, pour ainsi dire, etau-delà de sa foi, l'évêque avait un excès d'amour. C'est par là, quiamultum amavit, qu'il était jugé vulnérable par les «hommes sérieux», les«personnes graves» et les «gens raisonnables» ; locutions favorites denotre triste monde où l'égoïsme reçoit le mot d'ordre du pédantisme.Qu'était-ce que cet excès d'amour ? C'était une bienveillance sereine,débordant les hommes, comme nous l'avons indiqué déjà, et, dansl'occasion, s'étendant jusqu'aux choses. Il vivait sans dédain. Il étaitindulgent pour la création de Dieu. Tout homme, même le meilleur, a enlui une dureté irréfléchie qu'il tient en réserve pour l'animal. L'évêque deDigne n'avait point cette dureté-là, particulière à beaucoup de prêtrespourtant. Il n'allait pas jusqu'au bramine, mais il semblait avoir méditécette parole de l'Ecclésiaste : «Sait-on où va l'âme des animaux ?» Leslaideurs de l'aspect, les difformités de l'instinct, ne le troublaient pas et nel'indignaient pas. Il en était ému, presque attendri. Il semblait que, pensif, ilen allât chercher, au-delà de la vie apparente, la cause, l'explication 60

Victor Hugo

Maryatil voyance - la voyance et les rêves : le rêve de dame noble

Maryatil voyance - la voyance et les rêves : le rêve de dame noble

Voyance et littérature

Physiologie de l'amour moderne

Et la table de reprendre en choeur :Les pilules de Dupuytren !Résumons cette longue et médicale analyse par un aphorisme très simple 68

Paul Bourget