Maryatil voyance - voyance : le destin par l'oracle de la triade : 16 Mutation

Avertit d'un changement

D'un acte

D'une action

D'une activité

D'une progression

D'un déménagement  voir d'une émigration

Suite à venir

Voyance et littérature

Modeste Mignon

De cette troisième période d'idées, naquit chez Modeste un violent désir depénétrer au cœur d'une de ces existences anormales, de connaître lesressorts de la pensée, les malheurs intimes du génie, et ce qu'il veut, et cequ'il est. Ainsi, chez elle, les coups de tête de la Fantaisie, les voyages deson âme dans le vide, les pointes poussées dans les ténèbres de l'avenir,l'impatience d'un amour en bloc à porter sur un point, la noblesse de sesidées quant à la vie, le parti pris de souffrir dans une sphère élevée au lieude barboter dans les marais d'une vie de province, comme avait fait samère, l'engagement qu'elle maintenait avec elle-même de ne pas faillir, derespecter le foyer paternel et de n'y apporter que de la joie, tout ce mondede sentiments se produisit enfin une forme. Modeste voulut être lacompagne d'un poète, d'un artiste, d'un homme enfin supérieur à la fouledes hommes ; mais elle voulut le choisir, ne lui donner son cœur, sa vie,son immense tendresse dégagée des ennuis de la passion, qu'après l'avoirsoumis à une étude approfondie.Ce joli roman, elle commença par en jouir. La tranquillité la plus profonderégna dans son âme. Sa physionomie se colora doucement. Elle devint labelle et sublime image de l'Allemagne que vous avez vue, la gloire duChalet, l'orgueil de madame Latournelle et des Dumay. Modeste eut alorsune existence double. Elle accomplissait humblement et avec amour toutesles minuties de la vie vulgaire au Chalet, elle s'en servait comme d'un freinpour enserrer le poème de sa vie idéale, à l'instar des Chartreux quirégularisent la vie matérielle et s'occupent pour laisser l'âme se développerdans la prière. Toutes les grandes intelligences s'astreignent à quelquetravail mécanique afin de se rendre maîtres de la pensée. Spinosadégrossissait des verres à lunettes, Bayle comptait les tuiles des toits,Montesquieu jardinait. Le corps ainsi dompté, l'âme déploie ses ailes entoute sécurité. Madame Mignon, qui lisait dans l'âme de sa fille, avait doncraison. Modeste aimait, elle aimait de cet amour platonique si rare, si peucompris, la première illusion des jeunes filles, le plus délicat de tous lessentiments, la friandise du cœur. Elle buvait à longs traits à la coupe del'Inconnu, de l'Impossible, du Rêve. Elle admirait l'oiseau bleu du paradisdes jeunes filles, qui chante à distance, et sur lequel la main ne peut jamais se poser 47

Honoré de Balzac

Maryatil voyance : voyances , destins et prénoms : Armand

 Maryatil voyance : voyances , destins et prénoms : Armand

Voyance et littérature

Vérité