Maryatil voyance : voyances , destins et prénoms : Aliya

Voyance et littérature

Les grandes espérances

savonna, m'essuya, me bourra, m'égratigna, et me ratissa jusqu'à ce que je
ne fusse plus moi-même. (Je puis remarquer ici que je m'imagine connaître
mieux qu'aucune autorité vivante, les sillons et les cicatrices que produit
une alliance, en repassant et repassant sans pitié sur un visage humain.)
Quand mes ablutions furent terminées, on me fit entrer dans du linge neuf,
de l'espèce la plus rude, comme un jeune pénitent dans son cilice ; on
m'empaqueta dans mes habits les plus étroits, mes terribles habits ! puis on
me remit entre les mains de M. Pumblechook, qui me reçut officiellement
comme s'il eût été le shériff, et qui débita le speech suivant : je savais qu'il
avait manqué mourir en le composant :
«Mon garçon, sois toujours reconnaissant envers tes parents et tes amis,
mais surtout envers ceux qui t'ont élevé, à la main !
—Adieu, Joe !
—Dieu te bénisse, mon petit Pip !»
Je ne l'avais jamais quitté jusqu'alors, et, grâce à mon émotion, mêlée à
mon eau de savon, je ne pus tout d'abord voir les étoiles en montant dans la
carriole ; bientôt cependant, elles se détachèrent une à une sur le velours du
ciel, mais sans jeter aucune lumière sur ce que j'allais faire chez miss
Havisham 57

Charles Dickens

Maryatil voyance : voyances , destins et prénoms : Alya

 Maryatil voyance : voyances , destins et prénoms : Alya

Voyance et littérature

Les grandes espérances