Maryatil voyance : voyances , destins et prénoms : Angelo

Voyance et littérature

Vérité

- Ne t'inquiète donc pas, chérie ! C'est stupide, ces histoires, ça ne tient pasdebout. Va, je suis bien tranquille, on peut tout retourner ici, on eut fouillerdans ma vie, on ne trouvera rien de coupable. Je n'ai qu'à dire la vérité, et,vois-tu, rien ne tient contre la vérité, elle est la grande, l'éternellevictorieuse.Puis, se tournant vers son ami :- N'est-ce pas, mon bon Marc, lorsqu'on a la vérité avec soi, on estinvincible ?Si la conviction de Marc n'avait pas été faite, ses derniers doutes s'enseraient allés, dans l'émotion de cette scène. Il finit par céder à un élan deson cœur, il embrassa le ménage, comme pour se donner tout entier à lui etl'aider dans la crise grave qu'il prévoyait.Et, voulant agir immédiatement, il remit la conversation sur le modèled'écriture, car il sentait bien que c'était la pièce importante, unique, surlaquelle toute l'affaire devait s'échafauder. Mais quelle pièce énigmatique,ce modèle froissé, mordu, dont les dents de la victime avaient sans douteemporté un coin, tout maculé de salive, avec son paraphe ou son pâtéd'encre à demi effacé ! Les mots, d'une belle anglaise impersonnelle : «Aimez-vous les uns les autres », semblaient eux-mêmes d'une terribleironie. D'où venait-il ? qui de l'enfant ou du meurtrier l'avait apporté ?comment savoir, lorsque les dames Milhomme, les papetières voisines,vendaient couramment des modèles pareils ? Et Simon ne put que répétersa conviction de n'avoir jamais eu celui-là dans sa classe.- Tous mes élèves le diraient, ce modèle n'est jamais entré à l'école, n'ajamais été mis sous leurs yeux.Ce fut pour Marc une indication précieuse.- Alors, ils pourraient en témoigner, s'écria-t-il. Puisqu'on fait courir lefaux bruit que la police a saisi chez toi des preuves accablantes, desmodèles tout semblables, il faut rétablir sur-le-champ la vérité, voir tesélèves chez leurs parents, exiger leur témoignage, avant qu'on trouble leurpetite mémoire... Donne-moi les noms de quelques-uns, je me charge de ladémarche, je la ferai cette après-midi.Simon refusait, fort de son innocence. Enfin, il voulut bien lui indiquer lefermier Bongard, sur la route de la Désirade, l'ouvrier maçon Doloir, ruePlaisir, et l'employé Savin, rue Fauche. Ces trois-là suffiraient, à moins 48

Emile Zola

Maryatil voyance voyance: support avec combinaison astrologie cartomancie : le jeu des planètes maison 12

Maryatil voyance  voyance: support avec combinaison astrologie cartomancie : le jeu des planètes maison 12

Voyance et littérature

Elléonore