Maryatil voyance : voyances , destins et prénoms : Dorian

Voyance et littérature

Crime et Châtiment

 Les fonctionnaires russes portaient un uniforme.], le tout enparfait état pour onze roubles cinquante kopecks.Je rentre le premier jour de mon bureau à midi et qu'est-ce que je vois ?Catherine Ivanovna a préparé deux plats : la soupe et du petit salé avec unesauce, chose dont nous n'avions même pas idée jusqu'à présent. Des robes,il faut dire qu'elle n'en a point, c'est-à-dire pas une, non ; et là, on dirait à lavoir qu'elle se prépare à aller en visite, elle s'est arrangée, non pas qu'elleait de quoi, mais elles savent fabriquer quelque chose avec rien du tout ;c'est la coiffure, un petit col par-ci bien propre, des manchettes, on diraitune autre femme, rajeunie, embellie. Sonetchka, ma colombe, elle nevoulait que nous aider de son argent, mais maintenant, « venir vous voirsouvent », nous dit-elle, « je juge que ce n'est pas convenable, ou alors à lanuit tombante, de façon que personne ne puisse me voir ». Entendez-vous,entendez-vous bien ? Je suis allé me coucher après dîner, et, qu'enpensez-vous, Catherine Ivanovna n'a pas pu y tenir. Il y avait à peine unesemaine qu'elle s'était querellée à mort avec la logeuse Amalia Ivanovna, etmaintenant, elle l'invite à prendre le café. Elles sont restées deux heures àbavarder tout bas. « Simion Zakharovitch, dit-elle, a maintenant un emploiet il reçoit un traitement, il s'est présenté lui-même à son Excellence, et sonExcellence est sortie et a ordonné à tout le monde d'attendre et a tendu lamain à Simion Zakharovitch et l'a fait passer ainsi devant tout le mondedans son cabinet. Entendez-vous, entendez-vous bien ? » « Je me souviensnaturellement, dit-il, Simion Zakharovitch, de vos services et quoique vouspersistiez dans votre faiblesse, mais puisque vous nous promettez... et que,d'autre part, tout a mal marché chez nous, en votre absence (entendez-vous,entendez-vous bien ?), je compte, dit-il, maintenant sur votre paroled'honnête homme. »« Je vous dirai que tout cela elle l'inventait purement et simplement et nonpar légèreté ou pour se vanter. Non, voilà, elle-même y croit, elle seconsole avec ses propres inventions, ma parole d'honneur ! Je ne le luireproche pas, non, je ne puis le lui reprocher. Et quand je lui ai rapporté, ily a six jours, le premier argent que j'avais gagné, vingt-trois roublesquarante kopecks, intégralement, elle m'a appelé son petit oiseau. « Eh !me dit-elle, espèce de petit oiseau » et nous étions en tête-à-tête,comprenez-vous ? Et dites-moi, je vous prie, quel charme puis-je avoir 45

Dostoyevsky

Maryatil voyance - la voyance et les rêves : le rêve d'un abrevoir

Maryatil voyance - la voyance et les rêves : le rêve d'un abrevoir

Voyance et littérature

Abeilles