Maryatil voyance : voyances , destins et prénoms : Elina

Voyance et littérature

La Dame de Monsoreau

A cette saillie, le page, auquel Saint-Luc n'avait pas encore fait la moindreattention, poussa un éclat de rire.-Que voulez-vous, cher ami ? il croit vous toucher. Bis repetita placent, àplus forte raison, ter. Mais est-ce là tout ce que je puis faire pour vous ?-Ah ! mon Dieu, oui ; du moins, j'en ai bien peur.-Alors, c'est fait.-Comment cela ?-Je me suis douté de tout ce qui est arrivé, et j'ai d'avance tout dit à votrefemme.-Et qu'a-t-elle répondu ?-Elle n'a pas voulu croire d'abord. Mais, ajouta Bussy en jetant un coupd'oeil du côté de l'embrasure de la fenêtre, j'espère qu'elle se sera enfinrendue à l'évidence. Demandez-moi donc autre chose, quelque chose dedifficile, d'impossible même ; il y aura plaisir à entreprendre cela.-Alors, mon cher Bussy, empruntez pour quelques instants l'hippogriffe augentil chevalier Astolfe, et amenez-le contre une de mes fenêtres ; jemonterai en croupe derrière vous, et vous me conduirez près de ma femme.Libre à vous de continuer après, si bon vous semble, votre voyage vers lalune.-Mon cher, dit Bussy, il y a une chose plus simple, c'est de menerl'hippogriffe à votre femme, et que votre femme vienne vous trouver.-Ici ?-Oui, ici.-Au Louvre ?-Au Louvre même. Est-ce que ce ne serait pas plus drôle encore, dites ?-Oh ! mordieu ! je crois bien.-Vous ne vous ennuierez plus ?-Non, ma foi.-Car vous vous ennuyez, m'avez-vous dit ?-Demandez à Chicot. Depuis ce matin, je l'ai pris en horreur et lui aiproposé trois coups d'épée. Ce coquin s'est fâché que c'était à crever derire. Eh bien, je n'ai pas sourcillé, moi. Mais je crois que si cela dure, je letuerai tout de bon pour me distraire, ou que je m'en ferai tuer.-Peste ! ne vous y jouez pas ; vous savez que Chicot est un rude tireur.55

Alexandre Dumas père

Maryatil voyance : voyances , destins et prénoms : Augustin

 Maryatil voyance : voyances , destins et prénoms : Augustin

Les Augustins sont fêtés le 28 Août. 

Le prénom d' Augustin
d'origine romaine est un dérivé de Auguste. Il est apparu dès la fin du premier siècle.Il s'est étendu dans toute l'Europe.

Augustine féminin de Augustin est tout aussi répandu à travers le monde entier et sans discontinuer dans le temps.