Voyance et bien-être avec les arbres: le Bambou moso

Texte à venir

Voyance et littérature

La guerre et la paix

Lorsque Anna Mikhaïlovna et son fils avaient quitté la comtesse Rostowpour faire leur visite, ils l'avaient laissée seule, plongée dans ses réflexionset essuyant de temps en temps ses yeux pleins de larmes. Enfin elle sonna.«Il me semble, ma bonne, dit-elle en s'adressant d'un ton sévère à la fille dechambre qui avait tardé à répondre à l'appel, que vous ne voulez pas fairevotre service ; c'est bien ! je vous chercherai une autre place !»La comtesse avait les nerfs agacés ; le chagrin et la pauvreté honteuse deson amie l'avaient mise de fort mauvaise humeur, ce qui se traduisaittoujours dans son langage par le «vous» et «ma bonne».«Pardon, madame, murmura la coupable.—Priez le comte de passer chez moi.»Le comte arriva bientôt en se dandinant et s'approcha timidement de safemme :«Oh ! ah ! ma petite comtesse, quel sauté de gelinottes au madère nousaurons ! Je l'ai goûté, ma chère. Aussi ai-je payé Taraska mille roubles, etil les vaut.»Il s'assit à côté de sa femme, passa une main dans ses cheveux et posal'autre sur ses genoux d'un air vainqueur.«Que désirez-vous, petite comtesse ?—Voilà ce que c'est, mon ami ; mais quelle est cette tache ? lui dit-elle enposant le doigt sur son gilet. C'est sans doute le sauté de gelinottes ?ajouta-t-elle en souriant. Voyez-vous, cher comte, il me faut de l'argent.»La figure du comte s'allongea.«Ah ! dit-il, chère petite comtesse !»Et il chercha son portefeuille avec agitation.«Il m'en faut beaucoup... cinq cents roubles, reprit-elle, en frottant la tacheavec son mouchoir de batiste.—À l'instant, à l'instant ! hé, qui est là ? cria-t-il, avec l'assurance del'homme qui sait qu'il sera obéi et qu'on s'élancera tête baissée à sa voix.Qu'on m'envoie Mitenka !» 72

Léon Tolstoï

Maryatil voyance : voyances , destins et prénoms : Angelo

 Maryatil voyance : voyances , destins et prénoms : Angelo

Voyance et littérature

Vérité